AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
.:: Recherche activement : Un designer et deux collaborateurs ! Pour toutes personnes voulant participer au nouveau Crisis Naruto, merci de m'adresser un email. ::.

Partagez | 
 

 Le Prince de Kumo est la ! [en cours]

Aller en bas 
AuteurMessage
Roxas
Fondateur


Messages : 1
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   Jeu 22 Juil - 13:41

๑. JE SUIS LE PETIT PRINCE DE KUMO .๑


Prénom : Mes parents m'ont Roxas.
Nom : Mon nom à une histoire bien particulière, celle des Raikens
Age : J'ai 16 ans à ce jour.
Affinité : Mon affinité est héréditaire, mais je possède aussi le Raiton.
Village : Je suis née à Kumo, j'y resterais.

๑. INTERVIEW .๑


◊. EN COURS !

◊. EN COURS

๑. UNE GRANDE HISTOIRE .๑


I. Le début de tout.

Mon nom, Roxas, oui, nom futile et idiot non ? Mon nom de famille … je ne sais pas vraiment, agé de 16 longues années à me demander qui j'étais, je ne savais toujours pas. Adopté, j'étais destiné à devenir un enfant comme les autres, jusqu'à ce jour ...
C'était ce jour, oui, ce jour ci et pas un autre. Ce jour ci, que j'appris l'existence de ce clan maudit. Une mission m'avait été confié, je devais classer les dossiers du Raikage. J'effectuais donc ma mission lorsque je tombai sur un parchemin, un parchemin spécial. C'était celui du clan Raiken, mon clan, mon clan perdu, détruit, que je n'avais jamais connus. Je ne savais rien de mon clan. J'ai donc ouvert ce parchemin. Je lu toute l'histoire de ce clan. Il fut un clan très renommé dans la région de Kumo, renommé pour son don héréditaire, et ses aptitudes avec les loups. J'avais un don particulier et je n'étais même pas au courant. Le pouvoir de la lune, qu'est ce que ça pouvait bien être ? Enfin bref, je continuai à lire … mon clan avait été détruit, anéantit, et les quelques rescapés furent envoyés à Iwa … Ma mission terminé, je me rendis dans une taverne, de sorte à me changer les idées. Une fois une heure passé, je décida de rentrer chez moi. J'empruntai le chemin de la plaine, histoire de me promener. Je marchais donc dans les rue de Kumo, puis regardais le ciel, c'était la pleine lune. Une chose me chiffonnais, ce pouvoir, quel était il ? Tout en marchant, je rêvassais, pensant à ce pouvoir, mon ombre derrière moi, éclairé par la lumière de la Lune. Je voulais savoir, je le pouvais, je décida alors d'aller m'entrainer à la sortie de Kumo, dans une prairies isolée. Le vent commençait à souffler, les feuilles à volées et les branches à craquer à mon approche. J'étais seul, au milieu de la prairie, j'avais froid, tellement froid, je mis ma capuche a l'approche de la tempête puis allai au milieu de la grande plaine. Je regardai attentivement la Lune lorsque des souvenirs de mon enfance perdue venaient visités ma tête si vide, si dépeuplé de sentiments et de souvenirs. Le vent continuait de souffler et moi je restais immobile. J'étais en grande concentration, je savais que je pouvais libérer les pouvoirs de mon clan perdu. Puis j'entendis un bruit atroce, on aurait dit un femme, oui une jeune femme, mais qui osait perturber mon entrainement ? Puis quelqu'un sortit de l'obscurité des arbres, c'était une femme, elle tenait un enfant, mais quelque chose clochait chez cette femme, elle était remplie de sang. Je regarda attentivement cette femme au cheveux d'or, elle me rappelait ma mère, mon enfance. Elle portait un kimono rose orné de fleur blanche mais rendue rouge, pour cause, tous ce sang, c'était atroce. Elle vint s'approcher de moi, son enfant criait et une coulée de sang suivait derrière elle. Cette femme était gravement touchée, il fallait l'emmener à l'hôpital. Puis trois hommes sortirent aussi de l'obscurité, ni sang ni sueur. La jeune femme hurla à l'approche des trois hommes. C'était horrible, la femme me murmura à l'oreille, il avait tentés de la violer ... A ces simple paroles, je me mis hors de moi. Je devait évacuer toute la colère et le meilleure moyen était de crier. Des souvenirs revirent peu à peu dans ma tête, avant l'orphelinat. Me mère, il lui était arrivé exactement la même chose ... La Lune vint se refléter dans mes yeux, et un tourbillon de chakra vint m'entourer. Ce si beau chakra bleu devint argenté sous les yeux de ces hommes apeurés ... Puis le chakra se dissipa et formant une tempête de chakra. Mes cheveux volèrent, des crocs me poussèrent ainsi que des griffes. C'était donc ça le pouvoir de la lune, et des loup ... Je sentais en moi une toute nouvelle puissance, la Lune quand à elle se rétractait de plus en plus, laissant sa place au soleil. Je devais faire vite, mes pouvoirs étaient maintenant à leurs apogées. J'esquissai un sourire, ces salopards allaient payer pour ce qu'ils avaient fait à cette pauvre femme. En une fraction de seconde je disparus pour réapparaitre dans le dos des trois hommes. Je m'avançai lentement vers eux lorsque le premier, celui sur l'extrême gauche décida de m'attaquer, l'inconscient. Il prépara son poing en vue de me le lancer dans la figure mais je déviai le coup d'une seul main, avec une grande facilité. Puis, pour lui prouver ma gentillesse, je lui remis le même coup de poing, mais celui ci fut beaucoup plus puissant et l'homme se vit atterrir contre un tronc d'arbre. Puis je m'avançai près de celui sur l'extrême droite, qui lui prenait une expression du visage assez étrange, c'était un mélange de peur, de haine mais aussi de stupéfaction ... Je lui pris son poignet et le brisa. L'homme se mit à genoux en larme. Quand au troisième, celui au centre, il couru vers la forêt pensant que je ne le rattraperais pas mais avant qu'il puisse dire ouf je me trouvais devant lui ...

    « Je te laisse tranquille, emporte tes amis et part loin d'ici, et ci tu retouche à ne serais ce qu'un cheveux de cette femme, je n'aurais pas de pitié ... »


L'homme apeuré pris ses jambes à son coup et alla chercher ses amis, mais avant il alla s'excuser auprès de la jeune femme. Quand à moi je rétracta mon manteau argenté et pris la jeune femme et son fils avec moi pour les emmener à l'hôpital. Le soleil venait de se lever, j'avais réussis, j'avais maitrisé cette technique ...J'étais maintenant décidé, il fallait que je retrouve la trace de mon clan ... Je pouvais maintenant rentrer chez moi, enfin chez mes parents adoptifs, maintenant que je connaissais l'histoire et les pouvoirs de mon clan, j'étais bien décidé. Mais il fallait maintenant que je test le pouvoir que j'avais acquis, mais cette fois en plein jour, sous la lumière du soleil. Je me rendit donc dans la montagne de Kumo, puis activa le manteau de chakra.

    « Ninpo, Kôto Gekkô No Jutsu »


Puis le manteau de chakra m'entoura, des crocs et des griffes me poussèrent. Je crois que la ressemblance avec le loup sera toujours visible, car le créateur de mon clan était un homme mi loup mi homme, je ne sais pas comment cela ce fait, c'est très bizarre, mais bon. Revenons en au sujet principal. Je sentais que le chakra qui m'entourait était moins puissant, on sentait la différence qui n'était pas forcément de taille, je pus tester mes pouvoirs au soleil et j'étais satisfais ... Je pouvais enfin retourner chez moi …

II. Un nouveau chapitre de ma trouble vie ?

Comme tous les jours depuis la nuit des temps, le soleil venait de ce levé à précisément sept heures cinquante cinq du matin, pas du soir cela va de sens ... Moi je m'étais levé un peu plus tôt, mes rêves étaient bordés par les vestiges de mon passé disparut. Je n'avais poins trouvé le sommeil, c'est donc pour cela que je décidai de me lever tôt. J'avais déjà revêtis ma tenue de ninja et m'étais lavé. Mes parents ... Comment dire ... Adoptifs, si je puis dire n'étaient pas encore levé. Ils n'étaient pas au courant de ma découverte. Cela faisait déjà un jour que je le savais mais je ne leur ai pas adressé la parole, pour cause hier je partis toute la journée et donc n'ai pas eu l'occasion de leur en parlé. Et puis j'avais ce pressentiment, cette petite voix dans ma tête qui ne me rassurait guère et qui me disait que si je leur en parlais, ils allaient me rejeter. Je partis donc avant leur levé pour allé me promener dans Kumo. A cette heure si Kumo est un village très calme et paisible. Aucun bruit ne vient briser cette tranquillité que tout village envie ne serait ce que quelques lève tôt faisant leur petite promenade matinale, ou encore le bruit des volets et fenêtres s'ouvrant lorsque les enfants se lèvent. Ou encore les gens comme moi, qui cherchent désespérément à échapper à une vérité à la quelle on ne peut échapper. Bref je continuais ma petite marche quand je fus interrompus par un petit oiseau venant de Raikage Sama. Je continuai ma petite marche jusqu'à cette grande tour ou il vivait sans trop de soucis. J'arrivai enfin à la salle qui lui servait de bureau pour recevoir ma mission. Je devais retrouver un enfant âgé de cinq ans ayant échappé à la surveillance de sa mère un peu plus tôt dans la mâtiné, quelle mission barbante, à chaque fois que je devais en effectuer une il me collait un môme, un domaine dans le quel je ne suis pas très à l'aise. Enfin bref je me dirigeai vers la porte quand Yotsuki Sama me sortit une blague censé faire rire. Je sortis du bureau pour allé chercher le gamin. Je ne savais même pas à quoi il ressemblait. J'eus alors l'idée d'allé voir sa maman. Elle résidait dans une petite rue isolé des autres. J'arrivai chez elle, elle habitait dans un petite maison ayant assez de place que pour deux personnes et encore. J'en conclus donc qu'elle vivait seul avec son enfant. Elle était vêtus d'une robe assez longue, sale et déchiré dans quelques petits coins. Elle portait aussi un long tablier blanc. Ses cheveux étaient noir, aussi noir que la crasse dans la quelle elle vivait. Je lui posas deux trois questions pour en savoir un peu plus sur elle et son fils. Qu'aime-t-il, quand et ou à-t-il disparu, que portait-il. Elle répondit à ces quelques questions, mais la voix endommagé par la peine et les yeux noyés par les larmes. Je partis de la petite maison en coin de rue et décida de me rendre au petit marché couvert dans le quel le gamin avait disparut un peu plus tôt dans la mâtiné. C'était une petite place au centre de la ville couvert par un long tissu blanc laissant échapper de la lumière ou ce réunissaient marchands en tout genre et exposaient leurs articles sur quelques planches de bois. La mère allait acheter des légumes quand son fils a disparut, je me rendis alors vers le marchand de légume pour plus amples informations. Il parlait avec la mère de petit lorsqu'il disparut, un interrogatoire était donc insensé mais j'avais tenté le coup. Quelques minutes plus tard je repartis vers le marchand ce trouvant en face, le marchand de légume n'a, comme je mis attendais, rien vu. Le marchand qui vendait des tissus en tout genre n'avait à cette heure ci aucun client et donc pouvait très bien avoir tout vu. Mes prévisions étaient bonnes, il avait bien vu la scène. D'après ces dires, un grand homme aux cheveux blond passa devant le petit qui lui prit la liberté de le suivre inconsciemment. Il l'avait d'ailleurs revu un peu plus tard. Il vit qu'il ce rendait vers une petite rue sombre et abandonné, l'endroit parfait pour commettre un crime. Je me rendis dans la rue en question et m'aperçus qu'une seul maison avait la lumière allumé. Ce devait être la bonne et je n'avais pas l'intention d'attendre pour le savoir. J'entrai comme un bourrin explosant la porte d'un coup, comme le boulet que je suis. La je vis le gamin assit sur une chaise prêt d'une table, le blond assez grand prêt de lui. Je pointai le gamin du doit tout en hurlant.

    « Qui êtes vous mais surtout pourquoi avez vous enlevé ce gamin ? »


Il se leva de sa chaise et me proposa à boire, me proposant aussi de m'expliquer la situation. J'acceptai volontiers et l'homme se mit à parler. Il serait le père de l'enfant et c'est donc pour cela que l'enfant avait décidé de le suivre. Il voulait depuis longtemps déjà emmener l'enfant à son village contre le grès de sa mère. Pour cause la crasse et la maltraitance dans la quelle vivait l'enfant était indigne. Je comprenais la situation mais je n'avais pas le choix, il fallait que je ramène l'enfant à sa mère. Le père me supplia, il se mit à genoux. C'est la que je pus voir son bandeau frontal, c'était un ninja du village caché du dragon, la ou si je me souviens bien mon clan décida de partir. Je n'avais pas d'autres occasions comme celle ci, il fallait que je lui demande si il connaissait mes parents. Il me dit qu'il pouvait me renseigner mais seulement si j'abandonnais ma mission. J'hésitai sur le coup mais acceptai son offre. Il me dit de me rendre à Kusa le premier jour de pleine Lune, il y enverrait quelqu'un pour m'en dire un peu plus sur mon passé perdu. Il rassembla les affaires du petit et nous sortîmes de la maison mais la mère du petit nous attendait dehors, deux hommes l'accompagnait. Il ne portaient pas de bandeau mais avaient l'air assez forts. La mère me dit que j'avais raté ma mission et elle pris le petit par le bras et alla vers la sortie de la ruelle accompagné des deux hommes. Le père lui ne disait rien, à vrai dire il n'avait aucun droit sur la mère de l'enfant et donc n'avait pas son mot à dire. Rage de colère je me mis à crier avec toute la rage que j'avais au fond de moi.

    « Vous ne savez pas ... Vous ne savez pas à quel point c'est dure de vivre comme ça, sans amour, sans joie, avec pour seul consolation le faite de pouvoir manger un petit diner pittoresque de temps en temps. De plus battre son enfant avec pour seul but de faire sortir la rage d'être pauvre et miséreux, je trouve cela encore plus pitoyable. A vrai dire moi non plus je ne connais pas le malheur d'avoir une vie comme la sienne ou encore la votre, mais ce n'est pas une raison ! »


La femme se tourna en ricanant. Elle me demanda si au moins j'avais une preuve de ce que j'avançais mais ce qu'elle ne savait pas c'est que le père de l'enfant m'avait montré les marques et les cicatrises causé par tant de violence venant de sa mère. Puis elle se mit à aboyer des ordres aux deux hommes qui l'accompagnaient.

    « Faites moi le plaisir de fermer la bouche de ce jeune con insolent, pour l'autre, vous pouvez le tuer ! »


Les deux hommes en entendant les paroles de la mère de l'enfant n'attendirent pas un autre mot et se mirent à courir vers moi. Le père de l'enfant se mit entre eux et moi et ceux ci l'envoyèrent s'écraser contre la petite maison d'une violence pure. Moi je me contentai d'ouvrir les yeux et de repenser à ce qu'il m'avait dit un peu plus tôt.

    « Je tiens à t'aider, je veux vraiment que tu retrouve tes parents, moi ce que je veux, c'est de pouvoir être libre, libre d'allé avec mon enfant, qu'il est une vie paisible, seine et longue, hors de toute cette violence. »


Le père leva ce qui servait de pull à l'enfant et je pus voir son corps meurtrit de coup et de blessures... Je ne devais pas l'abandonner. Pas après ce qu'il m'avait dit. C'était le moment de tester ma nouvelle technique. Je composai les signes nécessaires à son utilisation et du chakra argenté commença à danser autour de mon corps. Les deux hommes se tournèrent se demandant ce qu'il ce passait. Il me virent et sourirent. Puis ils se jetèrent tous les deux sur moi ce qui créa un nuage de poussière de couleur jaunâtre. Il regardèrent le sol et constatèrent que je n'étais plus la mais dans leur dos. Je pris le poing d'un et envoya l'homme contre un mur. Puis l'autre essaya de m'attaquer mais sans succès. J'esquivai facilement et lui enchaina deux coups aux ventre ce qui le mit à genoux. J'allai voir le père du gosse et lui dis que je n'abandonnerais pas. Je le pris sur mon dos et partis vers la maison de la mère. Elle y était déjà. J'entrai avec le père sur mes épaules et lui dis que je même si je rate ma mission, même si je m'attire foudres du Raikage, le bonheur d'un enfant est plus fort que tout, ce bonheur que moi je n'avais pus avoir. Je pris l'enfant l'enfant et les emmena, lui et le père à la sortie de Kumo dans une petite auberge, la le père ce ferait soigner. Puis j'allai directement dénoncer la mère au forces de l'ordre pour maltraitance envers son propre enfant. Enfin je fis mon rapport au Raikage, même si ma mission était considéré comme raté, je n'avais plus qu'une idée en tête, une seul pensé, je devais partir pour Kusa le plus rapidement possible.

III. Quelques secrets ...

    « Bip Bip Bip »


Je venais de me réveiller, je ne pouvais m'empêcher de penser à l'homme de Kusa … mais je n'étais que Genin, je ne pouvais pas quitter mon village. Pour une fois, je ne me suis pas levé très tôt, d'ailleurs, je me levais pile pour nourrir mon ventre affamé. Je me levai tranquillement lorsque j'entendis un cri, dans ce même cri je pus entendre mon nom. C'était ce genre de cris que ma mère adoptive poussait lorsqu'elle était en colère. Il faut dire que j'aurais du me lever deux heures plus tôt. Puis de bruits sourds et graves se firent entendre, c'était les pas de ma mère qui montait l'escalier principale qui va jusqu'à ma chambre. J'eus juste le temps de mettre mes chaussures et de sauter par la fenêtre qu'elle était la. J'allai alors faire ma petite promenade dans Kumo, mais je trouvais bizarre de ne pas recevoir de mission. Je pouvais donc profité de cette journée de calme plat pour m'entrainer enfin. Mais le hic, c'est qu'il fallait quelqu'un pour m'enseigner les techniques de mon clan, et justement, il n'y avait personne. Je partis me renseigner à la bibliothèque de Kumo, peut être que dans les livres ... Après tout mon clan était réputé. Je cherchai dans une cinquantaine de livre mais rien, et ou bout de deux heures je décidai de repartir, cela ne servait à rien de chercher pendant trois jours, ce serait toujours sans succès. Mais lorsque je franchis la porte de sortie de la grande salle ou se trouvaient une multitude de bouquins, le bibliothécaire vint m'interpeller. D'après ces dires, c'était un ami de mon clan, et lorsqu'il me vit fouiller dans les livres, il me reconnu. Il n'emmena dans un petit bar tranquille pour me parler. Il me dit que c'était le meilleure ami de mon père, et qu'il gardait toujours le contacte avec lui. C'était peut être la seul chance que j'avais de retrouver ma famille, jusqu'à ce qu'il me dise qu'il avait perdu le contacte avec mon père depuis plus de deux mois. Puis il eut une illumination. Il m'emmena chez lui, c'était une petite maison à l'extérieure de Kumo. C'était en grand désordre, des livres, des parchemins, même des vêtements ... Cet homme n'était pas très ordonné. Il se mit à fouiller dans le tas pour sortir ou bout de dix minutes un petit parchemin marqué du signe du clan Raiken, mon clan. C'était ce que mon père m'avait légué, mais depuis le temps, ce bonhomme l'avait complètement oublié. Il finit par ouvrir le parchemin et il en sortit une petite clef argenté au bords couleur or. Il chercha dans sa mémoire et fit des signes par la main qui lui restait libre tout en prononçant : Fkkireru Osha Ya Teru, aussi dit : Envol toi et brille. La clef grandit dans la seconde et le vieux m'expliqua quelque chose.

    « Petit, cette clef, c'est la clef de tes souvenirs, tu voit, il y a seize ans, ton père à apposé un seau sur cette clef et me la donné pour que quand le moment sera venu, tu puisse libérer la mémoire et les souvenirs de ton clan qui sont en toi. Aussi, pour quelle fonctionne, il faut que tu sois en harmonie avec toi même et seul moi peux la faire fonctionner. Aujourd'hui, tu est prêt. »


Il prit la clef et posa le bout sur mon front tout en criant : Kaihou, aussi traduit libération. La clef rentra un partiellement dans ma tête et le vieux la tourna dans le sens des aiguilles d'une montre tout en faisant un quart de tour. A ce moment la je vis des images défiler dans ma tête, c'était les souvenirs de mon clan. Puis le vieux tourna la clef dans le sens inverse et la sortit de ma tête. La clef reprit sa taille normale et il l'a mit dans sa poche. Ensuite il déroula le parchemin et m'en montra une partie, c'était un parchemin de technique, des techniques de mon clan. Un saut était apposé sur le parchemin comme sur la clef pour que seul les membres du clan Raiken puissent lires le parchemin, pour ne pas révéler aux autres le secret des techniques du clan. Je lis attentivement la partie de parchemin puis le vieux l'enroula. Il me prit par le bras et m'entraina dans un sous sol. La pièce était sombre et plongée dans le noir jusqu'à ce que le vieux allume la lumière. La salle plongée dans le noir s'illumina. C'était une salle d'entrainement. Elle était parsemée de petit rochers mais aussi de rondins de bois fixés au sol. Je devais maitrisé la technique que j'avais vu sur le parchemin. Pour ça je devais être assez fort en Taijutsu. C'est pour ça que les rondins étaient la, pour m'entrainer ... Cela faisait maintenant près d'une heure que je frappais sur du bois et je ne maitrisais pas encore totalement la technique et je ne pouvais utiliser ma technique du Kôto Cekkô encore une fois seulement. Pour cette technique, il me fallait la vitesse que j'avais déjà mais la maitrise du Taijutsu ... Puis le vieux en eu assez, il fit un kage bushin qui s'approcha de moi. Puis le clone commença à m'insulter, me provoquer, tout ça pour un simple entrainnement, ça me mettait hors de moi. J'activai ma technique du Kôto Gekkô. Dans la minute une aura argenté vint m'entourrer et au même moment je fonçai sur le clone.

    « Ninpo, Bachi ökami !!! »


Dans la minute ou je prononcerai ces mots et effectuai les signes nécessaires, ma vitesse augmentai et je fis un somptueux balai de coup vers le ventre du clone pour le ensuite le propulser dans l'air avec un simple coup de pied rotatif. Puis je rétractai ma main vers l'arrière et du chakra vint se concentrer dans la paume de ma main pour qu'ensuite je le propulse sur le clone, qui lui était dans les airs, sous une forme de flèche. Le clone s'écrasa à terre et disparu dans un nuage de fumé blanche. J'avais maitrisé la technique, au bout d'une heure et demi à peut prêt d'entrainement. Le vieux me raccompagna à la sortie de sa maison.

    « Tu a réussis ce que ton père à maitrisé en deux jours, à ton age. Tu es vraiment très fort gamin. Je me nomme Bâchi Maru, retiens bien mon nom. Allé, tu peux partir, et ne m'appelle plus ' Le vieux ', après tout, je n'ai que quarante six ans ! »


Sur ces paroles je partis vers ma maison, tout en gardant le sourire. Je n'étais pas très doué pour ce qui est des histoires, je ne connaissais d'ailleurs pas ma propre histoire.

IV. Les vestiges du passé.

Les seuls choses qui me restait à présent de mon passé était une clef, ainsi qu'un vieille homme. Stupide nan ? De plus, le veille homme ne se souvenait plus des légendes de mon clan. Il ne me restais donc plus que cette clef, son utilisation étant de me faire souvenir de ma famille, mais comment ? Je tournai la clef dans ma main moite et repensai à ce que m'avait dit Bâchi, je ne devais pas penser avec ma tête, mais avec mon cœur ... ça m'avançait bien. J'eus soudain une illumination, il fallait que j'essaye ça. Je fis les signes de mains nécessaires pour que la clef prenne sa taille d'origine et prononça la phrase incantatoire. La clef se mit à grandir et avoir la taille d'un katana. Je posa le bord de la clef, celui du côté des "dents", sur mon cœur et criai.

    « Omiyage !!! (*Souvenirs) »


Soudain un rayon bleu vint éclairer la pièce sombre et la clef se mit à briller, briller tel que je ne puis plus la regarder sans craindre de devenir aveugle. Était-ce ce que je cherchai ? Avais-je enfin trouvé ? Je ne savais pas mais j'en étais impatient. Puis l'objet commença à s'enfoncer dans ma poitrine, sans me transpercer, sans laisser la moindre goutte de sang. Jusqu'à ce que la clef touche mon cœur. Je sentis soudain une pression dans ma poitrine, quelque chose m'empêchant de respiré, et ne pus me retenir d'hurler à la mort. J'entendis alors une petite voix dans la tête, une petite voix angélique qui me disais de tourner la clef dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. J'obéis, pensant que la douleur s'en irait mais ce fut l'effet inverse. J'eus la sensation de tourner dans le vide, dans un vide ou il n'y aurais pas de fond, puis je fermai les yeux et laissai mes souvenirs m'emporter.

Je me réveillai avec un mal de crane horrible. La nuit était tombée, mais ... je n'étais pas chez moi. Je me trouvais dans un forêt, une forêt qui ne m'était pas familière. Soudain j'entendis un cris. Je me mis en position d'attaque, prêt à toutes les éventualités. Puis un jeune ninja sortit des buissons. Il était assez grand, de loin et surtout de nuit je ne pouvais pas voir grand chose. Puis je vis une autre silhouette sortir, c'était une femme cette fois. Les deux silhouettent se rapprochèrent de moi jusqu'à être en face de moi. L'homme avait le visage fin et le teint assez matte. Il était grand et fort et était habillé d'une tenue de ninja. Je scruta son visage et pus plonger mon regard dans ses yeux noirs et ténébreux. Il secoua sa tête comme pour dégager quelque chose de ses cheveux noirs et mi-long. Je baissai le regard et vis le bandeau du village caché de la pluie accroché à son pantalon. J'étais donc à Ame, mais qu'est ce que j'fichais ici ? Je n'en avais pas la moindre idée. Je portai mon regard sur la femme à présent. Jeune kunoichi elle avait de magnifique yeux bruns noisette. Ses cheveux détachés étaient quand à eux parafaient. Elle avait une tenue de ninja traditionnelle et portait le bandeau de Kumo au cou. Celle ci tenant un kunai j'en sortis un à mon tour, mais les deux inconnus ne se préoccupaient pas de moi, c'est à peine si ils avaient porté leur regard sur moi. La femme dit à l'homme d'être prudent, et celui ci lui dit qu'il fallait partir. Ils virent dans ma direction mais c'est avec stupéfaction et horreur que je me rendit compte qu'ils m'avaient traversé. Je regardai mon corps d'un peu plus près, que m'arrivait-il ? Je ne comprenais rien à la situation. Puis une troisième personne sortit de l'obscurité. C'était à présent un homme. Il s'avança et attira par la même occasion l'attention des deux personnes qui venaient de me traverser.

    « Kogan Raiken ! Comme on ce retrouve. Rendez-vous ! Vous tous les deux êtes cerné. »


Kogan Raiken ? Mais c'était ... mon grand-père ! Étais-je en train de voyager dans l'histoire de mon clan ? Allais-je enfin découvrir qui je suis et d'où je viens ? Et surtout pourquoi mes parents m'avaient abandonné ? J'allais peut être le découvrir. Alors je restai la, en plein milieu des deux camps. L'homme ennemi se rapprochai. Je pus voir son bandeau frontal qui n'était autre que celui de Kusa. Kusa contre Kumo ? La guerre avait elle éclaté ? Ou alors ce n'était juste qu'une guerre des clans. Kogan Raiken se rapprocha à son tour, les deux hommes étaient maintenant face à face, et moi entre. Les yeux dans les yeux ils se regardèrent pendant une bonne minute puis Kogan se jeta sur son adversaire, me traversant au passage. Le combat était lancé entre les deux ninjas. Je me retirai vers la droite, même si je ne pouvais pas être touché, je voulais avoir un sentiment d'existence, je voulais avoir le sentiment de ne pas déranger les combattants. Le ninja de Kusa fut propulsé au sol par Kogan. Il sortit de suite un katana de son dos et se remis debout. Il tourna en rond, imité par le shinobi d'Ame mais dans le sens inverse. L'homme de Kusa leva son katana et alla avec une vitesse impressionnante dans la direction de mon ancêtre. Lui sortit un kunai et para le coup, puis il saut pour arrivé derrière le shinobi au katana et lui lança quelques shurikens que l'autre homme para à son tour avec une facilité incroyable. L'homme de Kusa planta son katana au sol et fit quelques mudras pour exécuter une technique ( Ninpo - La forêt de fer ). La une multitude de lames sortirent de la terre pour se lancer en direction de Kogan. Le ninja sauta en arrière pour prendre appuis sur un arbre et s'élancer dans les airs. Les lames elles détruisirent l'arbre, suivant Kogan tel le tigre chassant sa proie. Kogan arriva derrière le ninja et et lança une technique katon (Ninpo - Katon Endan) qui vint éliminé le noir de la nuit pesante dans la forêt. Le ninja esquiva avec la même rapidité que toute à l'heure laissant le feu prendre dans la forêt. C'est dans les flammes qui le ninja des herbes disparut. Kogan et la kunoichi restèrent silencieux jusqu'à ce que des shurikens virent sortir des arbres en feux. Kogan le envoya voler en deux temps trois mouvements grâce à son seul et unique kunai. Soudain des ninjas sortirent du bois dont l'homme d'il y à quelques instants. Tous portaient le bandeau de Kusa, sans exceptions. Kogan sourit. Il fit des mudras et prononça des mots. Soudain du chakra de couleur argenté sortis de son corps, ses ongles devinrent des griffes et ses dents des crocs, il avait maintenant les caractéristiques physiques d'un loup (Ninpo - Kôto Gekô no Jutsu). Je reconnu sans mal la technique héréditaire du clan Raiken. Les ninja de Kusa amusés par la prestations commencèrent à ricaner. J'étais tellement pris par le combat que je n'avais pas vu la femme s'en aller. Kogan amusé à son tour se jeta sur l'ennemi le plus loin et le transperça de son kunai, d'une tel vitesse qu'on ne le vit même pas partir. Puis de la même vitesse il s'attaqua au autres shinobis, tout d'abord il alla en direction du ninja se trouvant à sa droite, lui asséna trois coups de points si violent que l'adversaire se vit envoyer dans l'arbre se trouvant à plusieurs mètres. Puis il alla vers le ninja en face de lui et l'envoya dans les airs grâce à un coup de pied sauté. Puis il sauta à son tour dans les airs et lança trois kunai en direction des autres ninjas, qui leurs arrivèrent en plein dans la gorge. Le seul restant étant le ninja de toute à l'heure. Kogan tomba devant lui et le regarda si violemment que l'ennemi en tomba à terre. Soudain trois anbus arrivèrent accompagnés de la kunoichi. Le rouquin se mit à éteindre le feu grâce à un jutsu qui m'était inconnu. Lorsqu'il eu finit ses mudras une pluie vint se déclencher dans la forêt. Tendis-qu'un autre, celui qui paraissait être le chef tendis sa main sur l'épaule de Kogan et lui dit de ce calmer, que c'était fini. Kogan perdit son étincelance et redevint normal. Il alla vers la femme et lui adressa la parole.

    « Vient Mizoichi, mon amour, on rentre. Merci de vous en occuper Sensei. »


Son ton sec lui valut un simple "de rien", mais la n'était pas la question. La sublime jeune femme, ma grand-mère qui plus est se nommait Mizoichi. Le temps passait et je découvrais les lambeaux de mon passé jadis perdu et inconnu. Je suivis donc le couple jusqu'à chez lui. Étant invisible au autre c'était facile pour moi de les regarder sans qu'ils se posent trop de questions. Nous arrivâmes à Ame. Le village était paisible par cette douce nuit, en paix. Enfin c'est ce qui paraissait ... En effet, à cette époque le village de la Pluie était en guerre avec le village de Konoha. Après une longue marche dans les rues du village je pus enfin découvrir la battisse qui fut autre fois le repère de mon clan. C'était grand et spacieux. Plusieurs logements avaient été emménagés. Mon grand père entra dans le bâtiment, suivit de sa femme. Je traversai la porte, et vu avec surprise un jeune garçon aux cheveux brun, il devait à peine avoir douze ans. Je n'en était pas certain, mais ... c'était mon père !

V.En quête de douleur.

Je venais enfin de rencontrer mon père, celui qui m'avait si lâchement abandonné, mais je ne pus m'empêcher de le fixer avec insistance, sa chevelure brune, ses yeux pétillants d'une certaine mélancolie mélanger à la joie, je crus me regarder dans un miroir, qui m'aurait rajeunit de quelques années seulement. Cette situation était si étrange … Pourquoi tous ces souvenirs avaient été conservé dans une clef ? Savaient ils qu'ils allaient être tuer ? Si oui, pourquoi n'ont ils rien fait ? Et surtout, pourquoi m'ont ils abandonnés, seul à mon triste sort ? J'aillais peut être bientôt le découvrir, il fallait donc que je continue dans ma recherche des souvenirs, mais, je me rendis compte, en fixant le jeune garçon, que la n'était pas l'important, je venais enfin de connaître ma famille, ma vrai famille. Je passai la nuit la bas, dans sa chambre, n'étant pas bien fatigué, je continuais à le fixer, tout en pensant à l'homme qu'il avait put être. Soudain, un grand et mystérieux flash bleu apparut devant moi et j'eus à nouveau cette sensation de tomber dans le vide, tournant sur moi même, puis pour finir retomber à terre. Je venais sans doute une nouvelle fois de voyager à travers mes souvenirs, la, je vis un ninja, qui je pense était âgé d'à peine 19 ans. Il était grand et fort, ses cheveux bruns marrons tombaient en épis sur le bas de sa nuque, il portait une tenue traditionnelle de Jônin du pays de la foudre. Il se tourna à une vitesse impressionnante, laissant derrière lui un tourbillon de poussière. Je pus voir ses yeux bruns noisettes, et la je n'eus plus aucuns doutes, c'était mon père, à l'age de 19 ans, mais que c'était-il passé pour qu'il décide de me montrer cet événement ? Je le compris bien assez tôt. Une jeune Kunoichi sortie de la forêt se situant en face du ninja, elle portait le bandeau du village caché des cascades, en ce temps la, la guerre était déclarée entre ces deux pays. Elle avait de grands cheveux blonds étincelants à la lumière du soleil, quand à ses grands yeux bleu, couleur azure … A sa tenue, je présumais qu'il s'agissait d'une Anbu. Très vite, elle sortit un long katana du fourreau se trouvant dans son dos, et le pointa sur le Raiken. Les deux jeunes shinobis se regardèrent droit dans les yeux, puis la jeune femme disparut en une fraction de seconde, pour atterrir derrière le Kumojin, qui esquiva le coup en se penchant vers la droite, puis en sautant droit devant lui. Ils avaient échanger leur place. Ils continuèrent à se regarder, mais je ne saisis pas … A nouveau cet éclaire bleu fit une apparition devant moi, me transportant à travers les souvenirs de mon clan, pour me ramener aux quartiers Raiken. La, je ne vis un étrange homme, semblable à Kogan Raiken, mais, si j'avançais dans le temps, cela ne pouvais pas être lui. C'était, encore une fois mon père. Il semblait énervé, il se disputait violemment avec quelqu'un. Puis j'entendis une autre voix que la sienne, la voix angélique d'une femme, que je vis apparaître. La femme en question était blonde, aux yeux bleu azure, mais je compris qu'elle était enceinte, mais surtout, que c'était ma mère, et la je réalisai que c'était la même femme que lors de ma vision précédente, mais pourquoi se disputaient-ils ? Puis un troisième voix entra en scène, une voix plus grave et plus percutante.

    « Ikazu ! Vous saviez, quand épousant cette femme, Taki chercherait la guerre ! Et, avec Konoha sur nos bras avec l'histoire des Hyugas, nous ne pourrons pas nous défendre face à un nouvelle affront ! Vous avez déjà causé assez d'ennuis à Kumo avec l'histoire de Kusa ! Il faut qu'elle parte !
    - Fuchima ne partira pas ! Nous sommes mariés, nous avons un enfant, et nous allons bientôt en avoir un autre ! Il n'est pas question qu'elle parte !
    - Il fallait penser aux conséquences de vos actes avant ! Si vous ne voulez pas partir, nous vous ferons partir ! Et c'est tout votre clan qui sera affecté !
    - Vous nous menacez ?!
    - Je n'ai plus rien à vous dire ! »


C'était le Raikage, Shodai Raikage. Sur ce il partit de la maison, furieux, la guerre était déclarer, ce non pas entre Taki et Kumo, mais entre Kumo et les Raiken. Cette conversation se finie sur un claquement de porte très violent, et, quelques secondes après le coup, j'entendis des pleurs, qui venaient perturber le calme colérique. Fuchima alla dans la pièce se situant à côté, pour y ramener un jeune garçon entre ses bras. Il devait être âgé d'à peine 3 ans. Le portrait craché de son père. Lorsque sa mère prononça les mots suivants : « Du calme, ce n'est rien … Roxas ». C'était moi, moi à l'age de 3 ans, mais, si ma mère était enceinte, cela signifiait que j'avais un frère …
A nouveau, je disparus pour être transporté au fil de mon passé. J'atterris dans la boue et l'herbe mouillée cette fois ci. Tombé à terre, je me relevai, tout en essayant d'essuyer la boue tachant mon pantalon. Je levai la tête, il faisait froid, très froid, c'était une nuit de pleine lune, il pleuvait tel les larmes de Dieu s'abattant sur le monde. Je pus reconnaitre en face de moi, l'auberge, se situant près de Kumo, près d'elle quelques ninjas, peu nombreux, moins de dix étaient réunis. Je m'avançai, tout le monde regardait dans la même direction, la, je vis trois personnes, qui parlaient. Je pus reconnaître mon père, et ma mère, taché de sang, tenant leur enfant dans ses bras tendus vers le troisième homme … Je me rapprochais de plus en plus, pouvant maintenant entendre leur conversation. Ma mère disait, que personne ne devait jamais savoir qu'il était, que j'étais, un Raiken, elle voulait que je sois libre, en paix, loin de cette fuite constante que serait bientôt leur quotidien … C'était donc vrai, ils avaient fuit, me laissant la. Puis Ikazu m'envoya un regard, ou plutôt, a travers moi. Je me retournai, voyant le feu et la fumée s'échapper de Kumo, du quartier du clan Raiken, puis, de brèves visions m'apparurent … le sang, la colère, la rage, la guerre avait éclaté, en ce funeste jour, et Kumo avait décimé beaucoup plus de la moitié de mon clan. Je compris alors, malheureusement … Ils n'avaient d'autre choix que fuir, et me laisser la, sachant qu'ils seraient recherchés toutes leur vie par les ninjas de Kumo, et de Taki, mais je compris trop tard, qu'ils emportèrent avec eux, mon frère ! La seul personne susceptible de me comprendre un jour … mais cela ne se fera jamais …
La lumière bleu revint vers moi, faisant disparaître, Ikazu, Fuchima, et leur enfant. Lorsque je revins à moi, j'étais allongé sur le sol, dans ma chambre, la clef de mes souvenirs dans la main. Je ne me relevai pas, je ne voulais pas me relever, et je crois que je n'en aurais pas eu la force. Le monde tel que je le voyais, tout ça, venait de s'écrouler, et je me dis que j'aurais préféré ne jamais connaître la vérité sur mon passé.

VI. De nouvelles épreuves.

Le lendemain, je ne me rendis pas en mission, et pourtant, c'était ma promotion, j'étais passé de Genin, à Jônin, mais cela m'importait peu. Je restai dans mon lit toute la journée, dans l'obscurité, dans l'ombre, jusqu'à ce que l'éclat de la lune vienne pénétrer les volets, et éclairer ma chambre. Je décidai de quitter tout cela, cette vie fausse que l'on avait façonné pour moi, cette vie, qui venait de me faire souffrir, dans le but de retrouver ma vrai famille, celle qui à avant tout pensé à mon bonheur, mais rien ne pouvait maintenant remplacer se trou béant dans ma poitrine. Je vivais, je respirais, mais à l'intérieur, j'étais mort, je n'étais rien d'autre qu'une épave que l'on aurait vidé de tous ses trésors. Je fis mes bagages, à vrai dire, je ne pris uniquement le stricte nécessaire, ce qui tenait dans un seul sac. Mais avant de partir, je voulais me rendre au Lac de Kumo, pour faire mes adieux au village, ce même village qui m'avait trahi, indirectement certes, mais il m'avait trahi. Je pris donc le chemin du lac, mais lorsque j'arrivai, je vis un homme, assis sur le ponton, surveillant l'eau, espérant une réaction de la part de quelque chose, ou bien quelqu'un. Je m'avançai, tout en restant d'une grande discrétion, mais au fil des pas, je pus voir que c'était le Raikage, qui était la … J'eus un instant de rage, ce n'était peut être pas le Sandaime, mais il avait contribuer à la chute des Raiken, en devenant Raikage. Mais j'eus une sensation bizarre, comme si … il m'attendait. Je posai donc mon sac à terre, et allai me poser près de lui, dans l'espoir d'avoir des réponses.

    « Vous saviez, n'est ce pas ? Pour … Les Raiken, et le Sandaime …
    - Oui, j'étais au courant. J'étais un des nombreux amis de ton père, j'aimais bien ta famille, moi qui n'ai jamais été que l'ombre de mon père, j'y trouvais du réconfort, à leur parler … et puis ta mère, la belle Fuchima, tout le monde était sous son charmes.
    - Si vous étiez aussi proche de mes parents, pourquoi n'avez vous rien fait ! Pourquoi êtes vous devenus Raikage !
    - J'ai été informé des intentions du Shodai, bien après la fuite de tes parents … Et si je suis devenue Raikage, ce n'était pas pour suivre ses actes, loin de la … Tu sais, il faut savoir vivre avec certaines choses, avancer, malgré les épreuves et la douleur qu'elles imposes, tes parents savaient ceci, c'est pour cela qu'ils ne-t-on pas emmenés avec eux. Il t'aimaient tu sais ?
    - Oui, je le sais …
    - Je veux que tu sois mon successeur, que tu sois le futur Raikage ! »


Je n'en revenais pas, l'on me proposait le poste de Raikage, c'était énorme, après ces paroles, mais j'hésitai, et si, je devenais comme le Shodai ? Et si, je faisais souffrir les autres, je ne voulais pas de cela, mais je pense, que mes parents auraient étés fiers de moi, alors … j'acceptai !

๑. SUPERFLUS .๑

Mon prénom : Quentin.
Age : Bientôt 15 ans.
Comment avez vous connus le forum ? : Par Top-Site.
Présence sur le Forum ? : 5 jours sur 7 on va dire.
Première impression ?: Il est bien .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Fondateur
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   Lun 2 Aoû - 11:05

Des news par ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobi
.::Fondateur | Chef de l'Akatsuki::.
.::Fondateur | Chef de l'Akatsuki::.
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 24
Localisation : Sous les rayons de la Lune Rouge ...

Feuille de personnage
Barre d'xp:
798/1000  (798/1000)
Niveau: 20
Prestige: 1

MessageSujet: Re: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   Lun 9 Aoû - 0:16

Second up ?

_________________

Don't be scared Invité, I'm a good boy ♥️ But I'm also Uchiha Madara, don't forget that.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crisis-naruto.forums-actifs.com
Tobi
.::Fondateur | Chef de l'Akatsuki::.
.::Fondateur | Chef de l'Akatsuki::.
avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 24
Localisation : Sous les rayons de la Lune Rouge ...

Feuille de personnage
Barre d'xp:
798/1000  (798/1000)
Niveau: 20
Prestige: 1

MessageSujet: Re: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   Ven 3 Sep - 8:43

Dernier up avant le lock et le déplacement ?

_________________

Don't be scared Invité, I'm a good boy ♥️ But I'm also Uchiha Madara, don't forget that.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crisis-naruto.forums-actifs.com
Kisame Hoshigaki
.::Co-Fondateur | Bras Droit de l'Akatsuki::.
.::Co-Fondateur | Bras Droit de l'Akatsuki::.
avatar

Messages : 371
Date d'inscription : 05/07/2010
Age : 23

Feuille de personnage
Barre d'xp:
418/900  (418/900)
Niveau: 18
Prestige: 0

MessageSujet: Re: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   Dim 26 Sep - 15:17

Déplacée dans les présentations refusées

_________________

L'odeur de ton chakra excite les sens de Samehada Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Prince de Kumo est la ! [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Prince de Kumo est la ! [en cours]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» cours de dysenterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crisis Naruto, Le Forum :: Crisis Naruto :: Les Présentations :: Présentations refusées-
Sauter vers: